ACTUALITES

Conférence ADF 2017 « AROMATHERAPIE EN PARODONTIE : MYTHE OU REALITE? »

Quelques photos de la Conférence « Aromathérapie en parodontie: mythe ou réalité » par Elisabeth LANCERON.                                                          Scéance thématique D76 ADF 2017 du 1er décembre 2017 « Traitement parodontal non chirurgical: intérêt des thérapeutiques alternatives et innovantes »

Article de presse

 

LES HUILES ESSENTIELLES A L’HOPITAL

Le 5 octobre 2016 à Paris, Naturactive a remis le Prix d’Aromathérapie Clinique aux deux équipes lauréates suite à l’appel à projet lancé en avril 2016 sur l’utilisation des huiles essentielles à l’hôpital.  

Aujourd’hui, de plus en plus d’équipes soignantes se tournent vers les médecines naturelles en tant que soins d’accompagnement pour les malades souffrant de pathologies lourdes. En 2015, Naturactive a choisi de soutenir deux équipes (Rennes et La Rochelle-Ré-Aunis), grâce à une bourse de 5000 € pour les aider à démarrer ou consolider leurs projets d’utilisation de l’aromathérapie à l’hôpital.

 

Huiles Essentielles+Antibiotiques sur Bactéries résistantes

La résistance bactérienne aux antibiotiques menace sérieusement la prévention et le traitement des maladies infectieuses . Par conséquent, les communautés scientifiques  travaillent sur le développement de nouveaux antimicrobiens agents. L’objectif de cette étudeétait de déterminer l’activité antimicrobienne de trois huiles essentielles de l’Afrique du Nord individuellement et  en association avec des antibiotiques, pour inhiber la croissance d’un agent pathogène clinique hautement résistant Les bactéries isolées cliniquement des patients, ont par la suite été soumises à un panel de médicaments pour déterminer les profils de résistance aux antibiotiques.Les résultats obtenus ont mis en évidence l’apparition d’un fort potentiel antibactérien des huiles essentielles lorsqu’elles sont administrées seules.Dans l’expérience interactive, les huiles essentielles ont été jugées très efficaces pour réduire la résistance du Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline À l’amoxicilline, la tétracycline, la pipéracilline, l’ofloxacine et l’oxacilline et la résistance d’ Acinetobacter baumannii à l’amoxicilline et à l’ofloxacine de manière interactive. En outre, les résultats ont montré une synergie entre les huiles essentielles et les antibiotiques ofloxacine et novobiocine contre E. coli (ESBL) produisant une bêta-lactamase à spectre étendu .

A. Lahmar, et  al.,  Reversal  of resistance  in bacteria  underlies  synergistic effect of essential oils  with

conventional antibiotics, Microbial Pathogenesis (2016), http://dx.doi.org/10.1016/j.micpath.2016.10.018

Résistance aux antibiotiques et mécanisme d’action des huiles essentielles contre les bactéries

L’augmentation de la résistance des bactéries aux antibiotiques est un problème mondial sérieux qui a orienté la recherche pour l’identification de nouvelles biomolécules avec une large activité antibactérienne. Les plantes et leurs dérivés, tels que les huiles essentielles (HE), sont souvent utilisés dans la médecine populaire. Dans la nature, les HE jouent un rôle important dans la protection des plantes. Elles contiennent une grande variété de métabolites secondaires capables d’inhiber ou de ralentir la croissance des bactéries. Les HE et leurs constituants ont des mécanismes d’action variés et très ciblés, touchant en particulier la membrane cellulaire et le cytoplasme, et dans certains cas, changeant complètement la morphologie cellulaire, voire l’expression des gènes. Dans cette étude sont décrits les mécanismes de résistance des bactéries aux antibiotiques et les modalités d’action antibactérienne des HE.

 

  • A. Bouyahya
  • Y. Bakri
  • A. Et-Touys
  • A. Talbaoui
  • A. Khouchlaa
  • S. Charfi
  • J. Abrini
  • N. Dakka

https://www.researchgate.net/publication/315111251_Resistance_to_Antibiotics_and_Mechanisms_of_Action_of_Essential_Oils_against_Bacteria

Publication médicale sur les propriétés antimicrobiennes des Huiles Essentielles et leur mode d’action

 

Le but de cet article est d’examiner le potentiel antimicrobien des huiles essentielles,  et leurs mécanismes d’action contre les agents pathogènes humains. Cette étude sera bénéfique pour les chercheurs qui souhaitent explorer le potentiel des huiles essentielles dans le développement de nouvelles molécules clés à large spectre contre un large éventail de microbes pathogènes résistants aux médicaments

 

 

 

L’ action des antibiotiques + des huiles essentielles d’Adnane Remmal – Prix de l’inventeur européen 2017

La montée des bactéries multirésistantes est un problème mondial à gravité croissante. Le biologiste marocain Adnane Remmal a eu l’idée de « doper » les antibiotiques en utilisant les propriétés médicinales du monde végétal. Son invention aidera à combattre les résistances bactériennes causées par l’abus d’antibiotiques, et à enrayer la propagation des supermicrobes multirésistants.
Le Prix de l’inventeur européen 2017 distingue les hommes et les femmes à l’origine d’innovations révolutionnaires !

« Les plantes aromatiques ne sont jamais attaquées par des bactéries, des champignons ou des parasites. Cette observation nous a poussés à nous questionner sur ce qui protège ces plantes », indique le biologiste marocain à l’équipe Oui Mais Non. « Après l’extraction des huiles essentielles, des substances à l’intérieur des plantes, nous avons découverts qu’ils contiennent des molécules qui attaquent les microbes grâce à un mécanisme beaucoup plus efficace que celui existant dans les antibiotiques. Ce mécanisme peut être assimilé à un gros marteau qui casse une porte », ajoute-t-il.

 

 

 

Adnane Remmal (Maroc)

Lauréat du Prix de l’inventeur européen 2017

Lauréat Adnane Remmal

Categorie : Pays non membres de l’OEB

Secteur : Antimicrobiens naturels

Société : Advanced Scientific Developments

Brevet(s) EP1879655

Invention: Intensifier l’action des antibiotiques au moyen d’huiles essentielles

La montée des bactéries multirésistantes est un problème mondial à gravité croissante. Le biologiste marocain Adnane Remmal a eu l’idée de « doper » les antibiotiques en utilisant les propriétés médicinales du monde végétal. Son invention aidera à combattre les résistances bactériennes causées par l’abus d’antibiotiques, et à enrayer la propagation des supermicrobes multirésistants.

Au cours de ses recherches à l’Université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fez, Adnane Remmal s’est attaqué à un des problèmes majeurs auxquels se heurte la médecine moderne, à savoir le nombre croissant de bactéries devenues résistantes aux antibiotiques. Selon lui, une solution pourrait venir de la tradition régionale consistant à distiller des fleurs et d’autres organes végétaux pour en extraire des arômes et des infusions.

Connaissant les propriétés antimicrobiennes, antiparasitaires et antifongiques de nombreuses plantes, Remmal savait aussi qu’utilisées à doses assez fortes pour être efficaces, elles sont souvent impropres à un usage médical en raison d’effets secondaires fréquents tels que maux de tête et nausées. D’où la solution consistant à miser sur les vertus inhérentes des antibiotiques et des huiles essentielles, en combinant les deux pour obtenir un effet de synergie tout en évitant les effets secondaires.

Développée par Remmal depuis le milieu des années 1990 et brevetée par l’OEB en 2014, l’invention a débouché sur un médicament nouveau actuellement au stade des derniers essais cliniques. Ce médicament, dont la mise sur le marché est prévue pour fin 2017, utilise une double approche basée sur les huiles essentielles pour contrer les multirésitances. En plus de son médicament qui intensifie de façon naturelle l’action des antibiotiques, Remmal a inventé un supplément tiré d’huiles essentielles qui remplace les antibiotiques et les autres produits chimiques dans l’alimentation animale. L’abus d’antibiotiques dans l’élevage intensif est une des causes majeures d’antibiorésistance.

Impact sociétal

L’Organisation mondiale de la Santé ainsi que plusieurs États et autres acteurs ont placé l’antibiorésitance en tête de leurs priorités. L’ampleur mondiale du problème rend sa solution difficile. Les infections réfractaires aux traitements médicamenteux tuent chaque année quelque 700 000 personnes à travers le monde, hécatombe qui pourrait atteindre les 10 millions d’ici 2050 faute d’une nouvelle génération d’antibiotiques. D’où l’intérêt du médicament nouvellement développé par Remmal, qui s’attaque aux bactéries moyennement et fortement résistantes avec plus d’efficacité que ne le font les antibiotiques standards, et avec moins d’effets secondaires et de résistances. Ce médicament permettra de mieux contenir les agents pathogènes et donnera à l’humanité un répit pour inventer de nouveaux antibiotiques.

Parallèlement, le complément alimentaire naturel pour bétail développé par Remmal s’attaque à un autre aspect du problème, car la moitié des antibiotiques fabriqués dans le monde, y compris ceux indispensables à la médecine humaine, sont utilisés dans l’alimentation animale. Administrés à des doses infrathérapeutiques, ces antibiotiques stimulent la croissance du bétail mais permettent aux microorganismes de survivre en développant des résistances. Ceux-ci se transmettent ensuite via la chaîne alimentaire, comme c’est le cas des souches résistantes de salmonelles et de colibacilles, et prolifèrent dans les eaux usées et les abreuvoirs.

Ajoutée à la filière normale d’alimentation animale, la formule de Remmal se révèle tout aussi efficace que les antibiotiques standards sans en avoir les effets secondaires ni engendrer de résistances.

Impact économique

La Commission européenne estime à 1,5 milliard d’euros au moins le surcoût annuel et la perte de productivité résultant des infections causées par les bactéries résistantes. Selon un rapport de la banque mondiale publié en 2016, l’impact annuel de l’antibiorésitance sur le budget sanitaire mondial d’ici 2050 pourrait osciller entre 283 milliards et plus de 984 milliards d’euros. Une partie du problème vient du fait que chaque antibiotique nouvellement synthétisé coûte à la communauté entre 500 millions d’euros et 1 milliard d’euros et comporte ses propres possibilités de résistances, d’effets secondaires et de toxicité, sans compter le risque que des investissements réalisés dans un nouveau médicament ne soient pas suivis de résultats.

Les « antibiotiques dopés » de Remmal en sont à leurs derniers essais cliniques et devraient faire leur apparition sur le marché fin 2017. Le nouveau médicament se caractérise par un faible coût de production et peut être vendu à un prix abordable du fait qu’il utilise des molécules naturelles déjà testées et approuvées dans l’industrie pharmaceutique.

En 2004, afin de commercialiser ses produits pharmaceutiques, Remmal fonda une entreprise qui a depuis lors déposé quatre demandes de brevets pour protéger le concept d’intensification de l’effet des agents anti-infectieux. La jeune entreprise a amené le principal laboratoire pharmaceutique du Maroc et de l’Afrique de l’Ouest à investir dans la commercialisation des « antibiotiques dopés ».

Adnane Remmal et ses collègues chercheurs à l’Université de Fez

  • remmal-gallery1

Comment ça marche ?

Il existe plus de 100 antibiotiques répartis en plusieurs classes, avec chacun leur mode de fonctionnement propre. D’une façon générale, les antibiotiques empêchent la bactérie de se reproduire ou de réparer son ADN endommagé, ou encore exploitent certaines faiblesses de sa paroi cellulaire.

À l’échelle moléculaire, Remmal compare le fonctionnement d’un antibiotique à une clef servant à ouvrir une porte : « Dès que la clef ouvre la porte, la bactérie meurt, mais si une mutation modifie un tant soit peu la géométrie de la serrure, la clef n’entre plus et la bactérie devient résistante ».

En « dopant » l’antibiotique aux huiles naturelles, Remmal a inventé une clef qui ne se contente pas d’ouvrir la porte, mais qui la démolit.

La clef spéciale de Remmal associe, aux propriétés antimicrobiennes naturelles de certaines plantes locales, les antibiotiques connus tels que les pénicillines, les céphalosporines et même les antibiotiques utilisés contre le staphylocoque doré résistant à la méticilline (SARM). L’interaction entre les molécules naturelles « dopantes » et les antibiotiques crée des « complexes moléculaires » que les mécanismes de résistance mis en œuvre par les bactéries ont de la peine à reconnaître. Les bactéries peuvent alors très difficilement développer des résistances efficaces contre le traitement anti-infectieux.

Article EXTRAIT du site internet : OFFICE EUROPEEN DES BREVETS https://www.epo.org/learning-events/european-inventor/finalists/2017/remmal_fr.html

AROMA CONSEIL ET FORMATION Référencé sur DATADOCK

Le 27 mars 2017, notre déclaration sur Datadock a été validée. Nous répondons donc parfaitement aux critères du Décret Qualité du 30 juin 2015 et sommes donc «référençables» par l’ensemble des financeurs de la formation professionnelle.

 

Datadock : de quoi parle-t-on ?

Datadock est la plateforme de référencement commune à l’ensemble des financeurs sur laquelle les organismes de formation ont l’obligation de s’enregistrer avant le 30 juin 2017 afin de prouver leur conformité aux exigences de qualité prévues par la Loi.

La loi du 5 mars 2015 a confié aux financeurs de la formation professionnelle (OPCA, Fongecif…), la responsabilité du suivi et du contrôle de la qualité des organismes de formation. Ils doivent s’assurer de la qualité des prestations proposées par un organisme de formation avant de les financer.
Afin d’évaluer la qualité des organismes de formation, 20 OPCA se sont regroupés pour concevoir Datadock, une plateforme numérique sur laquelle les organismes de formation renseignent les informations prouvant qu’ils répondent aux exigences de qualité dictées par la loi.

Le référencement, via Data dock, d’un organisme de formation devient un préalable obligatoire à tout refinancement par un financeur (OPCA, Actalians, Uniformation…).

Datadock : comment ça marche ?

Les 20 OPCA du groupement ont élaboré 21 indicateurs qui permettent d’évaluer le respect des 6 critères précisés par le décret Qualité du 30 juin 2015.

Pour être « référençable » sur Datadock, un organisme de formation doit :

  • S’il est certifié ou labellisé par un organisme référencé par le CNEFOP, décrire la manière dont il répond à chaque indicateur.
  • Sinon, il doit également fournir les éléments de preuve sur chacun de ces 21 indicateurs. Les indicateurs et les éléments de preuve associés sont consultables sur le site Datadock.

La déclaration de chaque organisme est alors examinée par les financeurs qui évaluent la qualité des prestations proposées, en vue de rendre l’organisme « référençable », et ce par l’ensemble des financeurs.

Datadock : AROMA CONSEIL ET FORMATION répond parfaitement aux exigences du Décret Qualité

  • Notre déclaration sur Datadock a donc été validée, nos prestations répondant parfaitement aux exigences du Décret Qualité.
  • Nos actions de formation sont donc « référençables » par l’ensemble des financeurs de la formation professionnelle.

Médecines naturelles et allopathie : Faut-il choisir ?

Si certains sont adeptes des produits naturels d’autres ne jurent que par l’allopathie. Une approche alternative existe et tend à se développer : considérer que médecines naturelles et allopathique offrent des possibilités différentes, se complètent voir se potentialisent.

fotolia_103881729_xs

Médecines naturelles et allopathie  offrent  un réel arsenal thérapeutique permettant une réponse personnalisée et adaptée à la problématique de chaque patient. Dans plusieurs situations, les associer permet une belle complémentarité. C’est notamment le cas dans le traitement des infections bactériennes où l’association antibiothérapie et aromathérapie a vraiment du sens. L’huile essentielle de palmarosa, de tea tree ou de thym à thymol diminue la capacité des bactéries à développer des résistances aux antibiotiques utilisés conjointement .Au cours d’épisodes infectieux, l’activité des huiles essentielles (HE) est connue et documentée.

Une évolution vers la médecine intégrée

La prise en compte globale du patient et la recherche de l’offre de soin qui lui correspond est connue sous le nom de médecine intégrée ou integrative medecine pour les Anglo-Saxons. Sa définition donnée par le Dr Andrew Weil et Ralph Snyderman est la suivante : « Il s’agit de la combinaison du meilleur de la médecine classique et des thérapies complémentaires pour lesquelles nous disposons de preuves scientifiques et de garanties relatives sur leur sécurité ». Bien que pratiquée en France depuis quelques décennies, c’est aux Etats-Unis et au Canada que la médecine intégrée prend actuellement le plus d’ampleur. En effet, partant du constat que les médecines alternatives complémentaires (MCA) sont plébiscitées par les patients qui y ont spontanément recours, les instances américaines et canadiennes ont choisi de les encadrer. Aux Etats-Unis en 2002, 36 % des adultes utilisaient au moins une forme de MCA. Concernant plus particulièrement les produits naturels (plantes, substances extraites de plantes… à l’exception des vitamines et minéraux), 19% des personnes interrogées les utilisent. (1) Outre atlantique, la médecine intégrée se retrouve aussi dans le domaine de la recherche avec la création aux Etats-Unis du National Institute of Complementary and Alternative Medecine (l’Institut national de la médecine complémentaire et alternative) et celui de l’éducation médicale puisque la Harvard Medical School, l’université Stanford, l’université McMaster et l’université de Calgary notamment l’enseignent.

En ambulatoire et en milieu hospitalier

Bien que nécessitant un changement d’habitude des équipes soignantes ainsi que leur adhésion, la médecine intégrée est également possible dans les services hospitaliers. De plus en plus d’essais sont mis en place dans des services de soins palliatifs ou de rhumatologie qui associent, aux traitements médicamenteux, des huiles essentielles en massage ou en diffusion par exemple . L’Institut de Cancérologie de Lorraine, la polyclinique Saint-Jean à Cagnes-sur-mer, le CHU de Poitiers ou le CH de Valenciennes,  font partie de ces structures qui ont inclus les huiles essentielles dans leur offre de soins.
En Allemagne, cette association entre traitements allopathique et médecines naturelles, au sein des hôpitaux, est encore plus répandue. Son déploiement au sein des différents services s’appuie en général sur une collaboration avec la pharmacie de l’hôpital, la mise en place de protocoles de soins bien définis, l’organisation de formations pour le personnel soignant avec mise à disposition de documents de référence dans le service, et l’établissement d’un groupe de travail. (2)
(1)  Barnes PM, Powell-griner E, McFann K et al. Complementary and Alternative Medicine

Use Among Adults: United States, 2002. Adv data. 2004 May 27; (343): 1-19.
(2)  Gonnin claire. Thèse pour l’obtention du diplôme d’état de docteur en pharmacie. Utilisation clinique des huiles essentielles : exemples et discussions de pratiques hospitalières au Bade-Würtemberg (Allemagne). 2 012.

A partir d’un article extrait de « le quotidien du pharmacien » (18.03.2016)